Jahresabschluss 2018

Wir freuen uns auf Sie bei den letzten Cluny-Veranstaltungen des Jahres 2018! Bitte melden Sie sich in der Geschäftsstelle an: info@cluny.de / 040-89709233.

Samstag, 1. Dezember: Museumsbesuch mit Nathalie David

Samstag, 8. Dezember: Prix Cluny 2018 und 71 Jahre DFG Cluny

Samstag, 15. Dezember: Cluny-Weihnachtsfeier im Sofitel

Veröffentlicht unter Aktuelles, Veranstaltungen | Kommentare deaktiviert für Jahresabschluss 2018

Noël chez Cluny Jeunes

Autour d’une raclette, le Cluny Jeunes pense aux moments sympathiques passés ensemble en 2018. De belles rencontres, des conversations vivifiantes, les amitiés qui se sont formées et les activités qui nous ont enrichis. Nous sommes prêts à commencer l’année 2019 avec encore plus d’élan et initiative pour l’amitié franco-allemande et l’esprit européen.

Veröffentlicht unter Cluny Jeunes | Kommentare deaktiviert für Noël chez Cluny Jeunes

Meilleur roman de la saison de lecture 2018

Dans sa dernière lettre circulaire, notre Président Norbert Kremeyer a annoncé l’imminence du vote du groupe de lecture de Cluny. Le 13 novembre 2018, sans difficulté et à la majorité, les membres de CL ont choisi leur roman préféré de l’année, La Solitude des enfants sages écrit par Martine Duquesne. En début d’année 2019, nous aurons donc le plaisir d’accueillir une auteure qui a romancé son enfance passée en Algérie jusqu’aux « événements » ayant conduit à l’indépendance de ce pays. Pour connaître plus en détail le contenu de cet ouvrage, je vous renvoie au compte rendu de la rencontre du 30 octobre 2018.

Pour joindre l’agréable à l’utile, nous avons trinqué en l’honneur de notre lauréate avant de nous réunir autour d’une table généreusement garnie par Marie et Manfred Herford. Les littéraires sont aussi de fins gourmets !

Si vous voulez vous joindre à nous pour la prochaine saison de lecture qui débutera début 2019, il suffit de nous contacter. Nous nous ferons un plaisir de vous accueillir.

Les membres du groupe Cluny Lectures avec Norbert Kremeyer

Veröffentlicht unter Cluny Lectures | Kommentare deaktiviert für Meilleur roman de la saison de lecture 2018

Rundschreiben 4/2018

Chères clunisiennes, liebe Cluniazenser,

bevor das Jahr 2018 zu Ende geht, wollen wir Ihnen noch einige sehr attraktive Veranstaltungen anbieten. Niemand soll sich gezwungen sehen, die zu erwartenden Herbststürme bei sich zu Hause abzuwettern und auf Gemeinschaftserlebnisse zu verzichten. Schauen Sie selbst, Kultur und Geselligkeit bilden eine Art Schlusspunkt zu einem an Unternehmungen ohnehin schon reichen Cluny-Jahr 2018.

Hervorheben möchte ich zwei Ereignisse, nämlich den 71. Geburtstag unserer Gesellschaft, verbunden mit der Vergabe des Prix Cluny am 8. Dezember, und außerdem die Cluny-Weihnachtsfeier, die am 15. Dezember wieder im Sofitel stattfinden wird. Besonders freue ich mich darüber, dass der Erste Bürgermeister seine Teilnahme am Prix Cluny zugesagt hat, außerdem wird natürlich der französische Generalkonsul unser Gast sein. Die Handelskammer war wieder so freundlich, im Albert Schäfer-Saal als Gastgeber zu fungieren.

Just heute, am 13. November, tritt unter der Leitung von Maryse Vincent unser Leseclub ‚Cluny Lectures’ zusammen, um aus einer Reihe aufstrebender Autoren den/die diesjährige(n) Preisträger(in) zu küren, der/die dann wie üblich im kommenden Jahr nach Hamburg eingeladen wird. Vielen herzlichen Dank an dieser Stelle allen denen, die die Mühe nicht gescheut haben, sich in die Lektüre von etwa zehn französischsprachigen Buchtiteln zu stürzen, sich darüber auszutauschen und die Wahl ihres Favoriten zu begründen.

Und nun wie angekündigt die Palette unserer Veranstaltungen bis zum Jahresende. Auf unserer Veranstaltungsseite können Sie einen ersten Blick auf die Planungen für 2019 werfen. Wenn Sie selbst eine Veranstaltungsidee beisteuern und umsetzen wollen, stoßen Sie bei uns natürlich auf offene Ohren!


Samstag, 17. November 2018, 11 Uhr
Damenkreis: „Paris im Sinn“ – eine Hommage an den Hamburger Franz Nölken
Einladung herunterladen


Mittwoch, 21. November 2018, 19 Uhr
Lesung mit Jean-Paul Schintu: „Albert Camus, Le Premier Homme“
Warburghaus, Heilwigstraße 116, 20249 Hamburg
In französischer Sprache mit deutscher Übersetzung


Freitag, 30. November 2018, 15.00 Uhr
Adventscafé des Damenkreises im Wiener Kaffeehaus
Ohlendorffsche Villa, Am Alten Dorfe 28, Hamburg Volksdorf
Einladung herunterladen


Freitag, 30. November 2018, 16.00 – 21.00 Uhr
Journée porte ouverte et marché de Noël
Institut français, Heimhuder Straße 55, 20148 Hamburg
Deutsch-französische Akteure in Hamburg, darunter wir von der DFG Cluny, stellen sich dem interessierten Publikum vor.


Samstag, 1. Dezember 2018, 10.00 Uhr oder 11.30 Uhr
Hamburger Kunsthalle: Jean-François Millet „La Bouillie“
Museumsbesuch mit Nathalie David
10.00 Uhr (in französischer Sprache) oder 11.30 Uhr (in deutscher Sprache)


Samstag, 8. Dezember 2018, 17 Uhr
Albert Schäfer-Saal der Handelskammer:
„Prix Cluny“ und 71 Jahre DFG Cluny
Wir bitten Sie um Anmeldung in der Geschäftsstelle bis zum Donnerstag, 6. Dezember.


Samstag, 15. Dezember 2018, 18.30 Uhr
Cluny-Weihnachtsfeier im Sofitel, Alter Wall 40, 20457 Hamburg
Gesonderte Einladung mit Menu und Anmeldemodalitäten folgt


Mit allen guten Wünschen für die Vorweihnachtszeit und wie immer in der Vorfreude auf weiterhin anregende deutsch-französische Begegnungen!

Cordialement,

Ihr

Veröffentlicht unter Rundschreiben | Kommentare deaktiviert für Rundschreiben 4/2018

71. Geburtstag der DFG Cluny e.V. Hamburg / Prix Cluny 2018

Samstag, 8. Dezember 2018, 17.00 Uhr
Albert Schäfer-Saal der Handelskammer Hamburg
Adolphsplatz 1, 20457 Hamburg
In Kooperation mit der Handelskammer Hamburg

Einladung als PDF herunterladen
Wir bitten Sie um Anmeldung in der Geschäftsstelle bis Donnerstag, 6. Dezember

_______________________________________

Programm

Musikalisches Vorspiel: Bérangère Palix – Stephan Bienwald

Begrüßung: Robert Lorenz-Meyer
Außenwirtschaftsbeauftragter der Handelskammer Hamburg

Begrüßung: Norbert Kremeyer
Vorsitzender der Deutsch-Französischen Gesellschaft Cluny e.V. Hamburg

Musikalisches Zwischenspiel: Bérangère Palix – Stephan Bienwald

Grußwort: Dr. Peter Tschentscher
Erster Bürgermeister der Freien und Hansestadt Hamburg & Bevollmächtigter der Bundesrepublik Deutschland für die deutsch-französische kulturelle Zusammenarbeit

Grußwort: Laurent Toulouse
Generalkonsul der Französischen Republik in Hamburg

Musikalisches Zwischenspiel: Bérangère Palix – Stephan Bienwald

Vorstellung der Preisträger des Prix Cluny 2018: Dr. Michael Just, Mitglied des Vorstands der DFG Cluny

Übergabe des Prix Cluny 2018 und Dank der Preisträger

Musikalisches Nachspiel: Bérangère Palix – Stephan Bienwald

Empfang

Buffet: Produktionsschule Altona & comité d’activités der DFG Cluny

Veröffentlicht unter Veranstaltungen | Kommentare deaktiviert für 71. Geburtstag der DFG Cluny e.V. Hamburg / Prix Cluny 2018

Cluny-Weihnachtsfeier 2018

Samstag, 15. Dezember 2018 um 18.30 Uhr
im Sofitel, Alter Wall 40, 20457 Hamburg
18.30 Uhr: Empfang in der ‘Seven Heads Bar’; 19.00 Uhr: Dîner im ‘Restaurant Seagull’
Einladung als PDF herunterladen


Weihnachtliches Buffet

Bunter Blattsalat mit verschiedenen Toppings und zweierlei Dressing
Walddorfsalat mit geräucherter Ente
Lachs trifft Avocado
Salat von der Strauchtomate und Mozzarella, Basilikum und Pinienkernen
Parmaschinken auf Kürbissalat mit Koriander
Variation von Räucherfischen mit Senf-Dill Soße und Apfelmeerrettich
Flusskrebssalat mit Gartengurke
***
Petersiliensuppe mit Nussbutter
***
Geschmorte Enten mit Rotkohl und Klößen
Gebratener Loup de Mer auf  geschmortem Fenchel, Kirschtomaten und Tagliatelle
Gnocchi mit Winterspargel und Trüffel
***
Geschmorte Birne Mascarpone
Schwarzwälder Kirsch Crème Brûlée
Pflaume trifft Five Spice
Panna-Cotta mit Rumtopf

Variation von Rohmilchkäsen


In der Abendpauschale von 55,- € sind enthalten:
Apéritif, Französischer Hauswein weiß und rot, Wasser, Kaffee und Tee nach dem Essen.
Weitere Getränke auf eigene Rechnung.
Anmeldung in der Geschäftsstelle und Überweisung spätestens bis Donnerstag, 13.12.2018
IBAN: DE19 2008 0000 0913 6915 00. BIC: GENODEFF200. Stichwort: ‘Weihnachtsfeier 2018’

Veröffentlicht unter Veranstaltungen | Kommentare deaktiviert für Cluny-Weihnachtsfeier 2018

Lesung mit Jean-Paul Schintu: Albert Camus, „Le Premier Homme“

21.11.2018, 19.00 Uhr
Warburg Haus | Heilwigstr. 116 | 20249 Hamburg

Au moment de sa mort accidentelle en 1960, Albert Camus avait commencé Le Premier Homme. Le manuscrit, édité plus de trente ans plus tard, nous fait découvrir l’enfance et l’adolescence de l’auteur en Algérie au début du XXe siècle, le lien fusionnel à la mère, la recherche du père, les relations avec les Algériens, l’éveil à la sensualité.

L’acteur Jean-Paul Schintu fait vivre cette œuvre autobiographique, accompagné par la  musique de Philippe Hersant. Jean-Paul Schintu est un comédien chevronné aux expériences internationales multiples, directeur de théâtre, metteur en scène, auteur de montages intégrant textes et musique.

Le spectacle est en français avec traduction en allemand.


Zum Zeitpunkt seines Unfalltodes im Jahr 1960 hatte Albert Camus Le Premier Homme begonnen. Das mehr als dreißig Jahre später veröffentlichte Manuskript lässt uns die Kindheit und Jugend des Autors in Algerien zu Beginn des 20. Jahrhunderts entdecken, die enge Verbindung zur Mutter, die Vatersuche, die Beziehungen zu den Algeriern, das Erwachen der Sinnlichkeit. Der Schauspieler Jean-Paul Schintu rezitiert aus diesem autobiographischen Werk, begleitet von der Musik Philippe Hersants. Jean-Paul Schintu ist ein international erfahrener Schauspieler, Theaterdirektor, Regisseur und Autor von Montagen, die Texte und Musik verbinden.


  • Französische Lesung mit deutscher Übersetzung
  • Verre de l’amitié im Anschluss – Um Spenden wird gebeten
  • Anmeldung bitte bis Sonntag, 18. November in der Cluny-Geschäftsstelle

Einladung als PDF herunterladen

Veröffentlicht unter Veranstaltungen, Vergangene Veranstaltungen | Kommentare deaktiviert für Lesung mit Jean-Paul Schintu: Albert Camus, „Le Premier Homme“

Jean-François Millet: „La Bouillie“

1. Dezember 2018
Visite guidée / Führung
Hamburger Kunsthalle

Dans le cadre des 60 ans de jumelage, le musée des beaux-arts de Marseille et la Hamburger Kunsthalle ont échangé deux tableaux exceptionnels pour trois mois.

Les Marseillais admirent « Rivage au clair de lune » de Caspar David Friedrich, tandis que les Hambourgeois contemplent « La bouillie » de Jean-François Millet.

Nathalie David propose deux visites guidées le samedi 1er décembre à 10 h en français et à 11 h 30 en allemand. Les participants paient les 14 € d’entrée du musée (à partir de 10 personnes 12 €), Cluny prenant en charge les
honoraires.


Im Rahmen der 60jährigen Städtepartnerschaft haben das Musée des Beaux-Arts von Marseille und die Hamburger Kunsthalle für drei Monate zwei herausragende Gemälde ausgetauscht.

Die Marseiller bewundern Caspar David Friedrichs „Meeresufer im Mondschein“, während die Hamburger sich der Betrachtung von Jean-François Millets „Der Brei“ erfreuen können.

Am Samstag, den 1. Dezember bietet Nathalie David zwei Führungen an: um 10 Uhr auf Französisch  und um 11.30 Uhr auf Deutsch. Die Teilnehmer*innen entrichten den Museumseintritt von 14€ (ab 10 Personen 12€), Cluny übernimmt die Honorare.


Einladung als PDF herunterladen

Veröffentlicht unter Veranstaltungen | Kommentare deaktiviert für Jean-François Millet: „La Bouillie“

Compte rendu de la rencontre du 30 octobre 2018

Télécharger le compte rendu en format word

Le 30 octobre, nous avons bouclé notre avant-dernière séance de travail de la saison 2018 par les comptes rendus critiques du neuvième et du dixième roman : Hubert Depenbusch a présenté La Solitude des enfants sages et Irène Drexel-Andrieu Le Courage qu’il faut aux rivières (cf. infra pour les détails). Le premier, comme beaucoup de premiers romans, imbrique un récit autobiographique dans une période historique. Il se déroule en Algérie et en France. Le second dépayse le lecteur / la lectrice en les conduisant dans un espace géographique et culturel inconnu : celui des vierges jurées en Albanie.

Nous nous retrouverons dans deux semaines pour récapituler nos lectures de la saison 2018 et choisir notre lauréat ou notre lauréate. À bientôt donc !


LE SILENCE DES ENFANTS SAGES, 2017, Martine Duquesne, La Cheminante

Martine Duquesne est née en1954 en Algérie, elle a dû quitter son pays natal avec ses parents et sa sœur cadette en 1962. Son premier roman, La Solitude des enfants sages, est un récit très émouvant sur la guerre d’Algérie en 1961/1962 et la situation des pieds-noirs en France en 2010. Le roman est marqué par des allers-retours entre ces deux époques.

Les évènements sont racontés par Angélique qui, à la mort de son père, se souvient des années où son monde d’enfant de 7 ans a basculé complètement. Elle était confrontée alors à un monde qu’elle ne comprenait que partiellement. Elle ressentait cette atmosphère de peur qui entourait les colons ainsi que les tensions de plus en plus fortes entre les partisans de l’indépendance et ceux de l’Algérie française. Les parents d’Angélique, enseignants tous les deux, reflètent parfaitement la position de beaucoup de compatriotes qui étaient persuadés d’améliorer la vie en Algérie et qui en même temps méprisaient la population locale. Pour eux, les Algériens étaient des ignorants et des fainéants.

Martine Duquesne écrit dans un style très fluide et agréable à lire. Elle alterne dialogues et parties narratives de manière équilibrée. Son langage est plein d’humour et de jeux de mots, par ex. le forgeron est un « dompteur de fer », « avec lui on a le droit de rien fer ». On peut presque entendre « les échos de ses coups » comme on peut presque sentir l’odeur des cochons. On trouve aussi quelques expressions familières, parfois argotiques, par ex. « pour vous péter à la gueule » ou « espèce de pisseuse ».

L’amitié entre Angélique et Djamila est l’expression d’un optimisme profond envers le développement d’un monde déchiré par d’innombrables conflits. C‘est un optimisme enfantin qui devrait entrer dans le monde des adultes, dans le monde des responsables politiques.


LE COURAGE QU’IL FAUT AUX RIVIÈRES, 2017, Emmanuelle Favier, Albin Michel

Le roman traite de vierges jurées, des personnes nées femme qui jurent de rester vierges et qui vivent en homme, profitant de toutes les libertés des hommes. Leur vie est dédiée au travail et au service de la communauté, d’où le respect qu’on leur manifeste. On devine que le pays où se déroule l’histoire correspond à l’Albanie contemporaine.

Les personnages principaux, Manushe et Adrian, ont des trajectoires différentes. La première a choisi d’être vierge jurée pour ne pas se marier, la seconde l’est devenue par force parce que son père voulait un fils. Adrian connaît une existence difficile. Violée, elle tue son agresseur et doit fuir son village. Enceinte, elle abandonne l’enfant après la naissance pour aller dans la capitale et y vivre en homme parce qu’ainsi la vie est plus facile. Une relation lesbienne secrète qui lui avait apporté une certaine sérénité est brutalement interrompue par le meurtre de sa partenaire. Adrian reprend à nouveau la route et fait la connaissance de Manushe dont elle va éveiller la sexualité. Après de violentes péripéties, elles vont finir par pouvoir vivre ensemble dans une grande ville. Dans leur entourage gravite une jeune femme, Dirina, dont elles ignorent que c’est la fille abandonnée d’Adrian. Dirina ressent un malaise depuis son enfance, elle recherche ses racines et sa mère biologique.

Le sujet principal du roman est en effet la recherche de l’identité, la façon dont chaque personnage se libère des conditions qui lui sont imposées pour faire le chemin vers soi-même. Le titre y fait allusion et suggère les difficultés que rencontre une rivière à traverser des montagnes et à creuser son lit pour suivre son cours, exactement comme les personnages du roman.

Emmanuelle Favier, née en 1980, a réalisé une œuvre intéressante et originale, loin des sentiers battus de l’autofiction. On sent l’attachement qu’elle porte à ses personnages et à quel point elle aimerait un « Happy End » pour Dirina. Qu’elle résiste à la tentation est à son honneur.

Veröffentlicht unter Cluny Lectures | Kommentare deaktiviert für Compte rendu de la rencontre du 30 octobre 2018

Compte rendu de la rencontre du 28 août 2018

Télécharger le compte rendu en format word

Nous avons examiné deux romans dont le contenu est en quelque sorte une biographie romancée.  Sébastien Spitzer a choisi un cadre historique puisque son personnage principal est Magda Goebbels (cf. supra le compte rendu critique de Marie Herford, Ces Rêves qu’on piétine).  Aure Atika, une actrice connue en France, présente sa mère dans un cadre privé et contemporain (cf. supra Mon Ciel et ma terre, présenté par Maryse Vincent). La discussion a porté d’un côté sur la part d’informations vérifiables et sur la part de fiction contenues dans chaque œuvre, et d’un autre côté sur l’intérêt à dévoiler certaines informations biographiques (a priori le travail d’un historien ou d’un journaliste) car la tâche du romancier demeure la justesse du portrait psychologique brossé. Il faut ajouter que ces deux romans sont représentatifs de nombreuses publications contemporaines s’attachant à exposer des vies privées et que par ailleurs, le thème de la deuxième Guerre mondiale n’est toujours pas épuisé en France.

Notre prochaine rencontre aura lieu le 30 octobre 2018. Nous examinerons La Solitude des enfants sages (2017) de Martine Duquesne et Le Courage qu’il faut aux rivières (2017) de Emmanuelle Favier.

CES RÊVES QU’ON PIÉTINE, 2017, Sébastien Spitzer, roman, L’Observatoire

1944, Berlin sombre sous les bombes. Magda Goebbels, née Behrend, adoptée Friedländer, divorcée Quandt, et ses six enfants vivent leurs derniers jours dans le Bunker du Führer en compagnie de la dernière garde. Retour sur tout le passé de Magda, follement ambitieuse, supprimant ceux qui peuvent lui faire ombrage, en particulier son père adoptif qui est arrêté et envoyé en KZ sans qu’elle ne s’en préoccupe. À la même période de panique générale et de sauve qui peut, une horde disparate de prisonniers fuyant les marches de la mort, à bout de forces, poussée vers l’Ouest par un reste d’armée, doit en plus affronter les nazis provinciaux et les paysans vaincus. Parmi ces malheureux se trouve une enfant, Ava, née dans un camp et qui a survécu grâce à sa faculté de se rendre invisible. Elle porte un rouleau de lettres écrites par Friedländer à Magda, transmises d’un détenu à l’autre afin que l’Histoire retienne l’horreur vécue. En troisième volet, l’arrivée libératrice des Américains qui vont croiser les Russes aux portes de Berlin. Les récits s’entrecroisent, les contrastes entre richesse et dénuement, entre amour maternel et violence insupportable donnent à ce livre courageux une densité parfois insupportable. Une lueur d’espoir pour la petite Ava permet de mieux respirer avant de fermer le roman.

S’appuyant sur des recherches journalistiques solides, Sébastien Spitzer a ordonné ses données : historiques, biographiques, photographiques. Une originalité de ce roman, pourtant un énième sur la deuxième Guerre mondiale, est d’avoir souligné le rôle des photographes de guerre pour conserver le souvenir des faits, documenter autant la libération des uns que la défaite des autres. Ces Rêves qu’on piétine est un roman historique et tragique au service du devoir de mémoire et de l’Histoire.

MON CIEL ET MA TERRE, 2017, Aure Atika, Fayard

En rendant hommage à une mère fantasque, bohème et plutôt irresponsable, Aure Atika brosse également le portrait de la France post-soixante-huitarde dans laquelle règnent les idées libertaires, le mépris des contingences matérielles et une forte consommation de drogues diverses. L’auteure ne se cache pas de livrer le témoignage d’une enfant rendu visible par l’alternance de chapitres utilisant des polices alphabétiques différentes. L’enfant témoigne, puis la femme adulte.

Ode, la mère, fréquente les milieux littéraires, cinématographiques, musicaux de Paris, se drogue excessivement. Elle s’imagine photographe, elle réalise quelques reportages confidentiels et underground. Elle part en reportage ou en cure spirituelle en Inde, laissant sa fille à la grand-mère ou à des amis. Il n’y a pas de père. Aure n’a le choix qu’entre rejet ou amour inconditionnel, souvent bafoué, surtout quand elle est petite et dépendante. L’enfant est parfois contrainte de protéger sa mère, de camoufler leur mode de vie pour éviter les critiques ou la condamnation par le reste de la société. À l’adolescence, tout en restant attachée à sa mère, Aure deviendra critique et réaliste. Dans une interview, elle reconnaît s’être construit une vie solide, avoir voulu réussir là où Ode a échoué.

Pour raconter la solitude (autant de l’enfant que de la mère) et l’amour inconditionnel de l’enfant, l’auteure utilise une écriture simple, plate, émaillé d’un certain humour dû à la candeur enfantine, caractéristique de la littérature de jeunesse. Ce roman est un témoignage touchant, sans prétention littéraire, peut-être un récit cathartique. La dernière page fait fonction d’oraison funèbre. Le roman se lit très vite.

Veröffentlicht unter Cluny Lectures | Kommentare deaktiviert für Compte rendu de la rencontre du 28 août 2018